L’IA redonne vie aux morts ! Vous ne devinerez jamais qui nous revient de l’au-delà ! 

article-ia-redonne-vie-morts-deepdive-sarl

Dans le dossier concernant l’Intelligence Artificielle, je vous parlais de l’incrustation de visage par IA sur un acteur, le Deep Fake. S’il s’agit d’une technologie révolutionnaire permettant autant de bien comme de mal (revenge porn et autre propagande politique), le Deep Fake peut aussi servir à des fins de divertissements ou de documentation. 

En France, une émission vient de voir le jour, L’Hôtel du Temps, dont le premier numéro était consacrée à la star incontournable de la chanson, Dalida, revenue de l’au-delà le temps d’une interview aux côtés de Thierry Ardisson.

Installez-vous confortablement et préparez-vous à être bluffés ! 

Le Deep Fake, comme toute technologie à base d’intelligence artificielle, fonctionne à base de Deep Learning : c’est-à-dire qu’on fournit énormément de données à l’IA, qui elle ensuite va tout traiter et classer pour parvenir à une reconstitution de la personnalité, du physique et même de la voix de la personne qu’elle devra imiter. Quand c’est fait, il faudra trouver un acteur humain ressemblant assez aux traits de la personne décédée pour pouvoir plaquer sur son visage celui d’un autre.

L’Hôtel du Temps de Thierry Ardisson (première émission Dalida)

Première étape : la documentation.

On épluche toutes les archives concernant la personnalité qu’on souhaite ressusciter, puis à partir d’un scénario de questions prédéfinies, on peut établir les réponses que donneront l’acteur et la voix artificielle. Ceci est fait en collant au plus près aux mots prononcés par l’interviewé de son vivant, dans le but de ne surtout pas trahir son passé, sa personnalité et son histoire.

Deuxième étape : le casting.

Afin de coller au mieux à la reconstitution du visage de la personnalité décédée, il faut impérativement trouver un acteur lui correspondant. Sensiblement la même taille, la même corpulence, le même âge, la même coiffure et la même teinte de peau : l’illusion doit être parfaite !

Troisième étape : la technologie visuelle.

Pour ce processus, l’IA utilise son apprentissage et stockage en masse de données (toujours le Deep Learning) pour reconstituer, à base de photos et d’extraits vidéos, l’intégralité de l’apparence de la personne décédée. Le résultat est bluffant. Même en bougeant le visage, le subterfuge reste d’une efficacité stupéfiante : l’IA s’adapte et colle à la perfection à son modèle.

Quatrième étape : la technologie auditive.

Pour la voix, vous avez trois possibilités : soit un imitateur double l’acteur, soit l’acteur lui-même parvient à imiter la voix de la personnalité, soit la voix du défunte et reconstituée par intelligence artificielle, de la même façon que pour le visage.

C’est en écoutant et en enregistrant des extraits de la voix du défunt pour se l’approprier que l’IA sera capable de la retranscrire. 

C’est ce qui a permis à Val Kilmer de participer au dernier TOP GUN. Atteint d’un cancer de la gorge, il était dans l’incapacité de s’exprimer.

Cinquième étape : le jeu des acteurs.

À partir du moment où une personne est castée pour le “rôle”, l’acteur en question devra s’approprier la gestuelle du défunt, ses mimiques et expressions de visage, afin qu’il ne reste plus qu’à l’IA a adapté les traits du visage d’un autre sur les siens. Dans l’émission de Thierry Ardisson “L’Hôtel du Temps”, c’est Julie Chevallier qui incarne Dalida et, franchement, c’est juste incroyable : on dirait que la chanteuse est revenue à la vie !

Dans quel but faire revenir les défunts avec le Deep Fake et l’IA ?

Ne nous mentons pas, principalement pour le divertissement. Interviewer une personnalité comme Dalida, c’est plus pour le spectacle (ce qui n’a rien de péjoratif, évidemment), que pour l’instruction de qui ou de quoi que ce soit. 

 

En revanche, imaginez un peu ce que nous pourrions faire avec la reconstruction de personnages historiques ? Les cours d’Histoire et les émissions documentaires deviendraient follement passionnantes avec l’intervention des grandes figures du passé. Imaginez un peu, avoir César devant vous qui vous explique comment il s’y est pris pour les guerres de Gaule, écouter Napoléon nous raconter ses grandes batailles, suivre des cours de physique et de chimie avec Marie Curie. Ce serait tout bonnement magique !

Ainsi, avec cette vision des choses, nous pourrions clairement envisager une sorte d’utilisation pédagogique et même éducative de la résurrection des morts par Deep Fake

 

Mais il est naturel que, devant une telle prouesse technologique, on puisse se demander de quelles autres façons encore nous pourrions utiliser la résurrection des morts par le virtuel. Et c’est là que ça se corse.

Retrouver nos proches le temps d’une rencontre numérique et faire son deuil grâce à l’IA ?

L’histoire de Nayeon, petite fille sud-coréenne décédée d’une maladie incurable à l’âge de 7 ans.

Une expérience en Corée du Sud a tenté de démontrer, avec l’histoire d’une femme qui a pu revoir Nayeon sa petite-fille décédée, que grâce à la réalité virtuelle, le temps d’une balade rencontre, vous pourriez retrouver un être cher mort et passer un dernier moment avec lui avant de lui dire au revoir à jamais.

Grâce aux technologies de Deep Learning, l’IA a cette fois été capable de reconstruire la petite-fille en numérique. Ensuite, pour pouvoir l’animer, une véritable enfant a été enregistrée en stop-motion (oui, comme pour Gollum), et le visage de Naeyon a été incrustrée en 3D

 

L’effet n’est clairement pas aussi bluffant que pour Dalida, mais soyons honnête, ça l’est suffisamment pour bouleverser et émouvoir la famille et leur rendre un bout de cette enfant perdue trop tôt.

Question éthique, où en sommes-nous avec cette histoire de résurrection par Deep Fake ?

Si dans le cas de Dalida son frère, Orlando, a tout validé, et que la famille coréenne était d’accord pour tenter l’expérience, on parle de cas extrêmement encadrés et ne portant pas atteinte à la personne décédée concernée


Honnêtement, vous ne pensez pas que si des Deep Fake peuvent tourner du président Zelinsky rendant les armes, on ne va pas bientôt se retrouver avec une vidéo de Gandhi qui prône des idées politiques ou des mœurs scandaleuses ? Avec chaque technologie positive, son pendant négatif arrive et fait souvent bien des dégâts.

De plus, à quel moment peut-on vraiment contrôler ce qui va être dit ? Les gens qui donnent leur accord ne sont pas forcément ceux qui connaissaient le mieux le défunt, et encore moins qui les connaissaient assez pour valider toutes leurs pensées ou leurs actes retranscrits par IA. Tout ceci reste très nébuleux.

Quant au deuil, ne risque-t-on pas de s’y enfermer, au lieu de profiter de ces adieux possibles ?

Il y a un épisode de Black Mirror (série d’anthologie de science-fiction sur Netflix) extrêmement intéressant à ce sujet (et d’une tristesse infinie, je vous préviens tout de suite), d’une femme qui perd son mari et qui finit par le retrouver au fil de l’évolution de l’IA et de ses attentes. 

 

Comme pour tout, il faudrait que ce processus, tout de même potentiellement thérapeutique, soit extrêmement encadré par des psychologues et des psychiatres agréés, conscients des effets aussi bien bénéfiques que néfastes de l’utilisation de cette technologie dans le deuil.

Et surtout, tout comme les démarches pour que nos comptes de réseaux sociaux soient supprimés à notre mort, il faudrait qu’on puisse, de notre vivant, choisir si oui ou non nous souhaitons ressusciter numériquement un jour.

Définitivement, l’Intelligence Artificielle nous propulse dans le futur, prouvant chaque jour qu’elle n’en a pas fini de nous épater avec ses prouesses technologiques et numériques. Mais avec ça viennent encore et toujours les questions éthiques, l’interrogation du bien fondé des démarches et les dérives qu’elles pourraient entraîner

 

Et vous ? Avez-vous regardé l’émission d’Ardisson ? Que pensez-vous de cette nouvelle technologie et seriez-vous tenté de l’utiliser pour vous-mêmes ou vos proches ? 

 

Dites nous tout !

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire